Du 17 octobre au 28 décembre 2020
Journées d’Ouverture-Vernissage : samedi 17 et dimanche 18 octobre de 10h à 18h
Galerie carrée

moving things
improvisées et indéterminées

Cette exposition est imaginée comme un projet collectif et évolutif qui est aussi l’aboutissement et la formalisation d’une année de recherche et de création autour des pratiques d’improvisation.

Le groupe de travail qui a piloté l’ensemble du projet « Improvisation /  Indétermination » a invité Violaine Lochu (artiste visuelle et sonore française) et João Fiadeiro (danseur, chorégraphe et théoricien portugais), dans un rôle à la fois d’artistes et de commissaires. Il leur est demandé d’aller au bout de la logique de l’improvisation avec « légèreté » et « mouvance », c’est-à-dire de produire une exposition comme un « geste » non prémédité et planifié, progressivement indexée sur des rencontres, incluant l’environnement physique, l’espace, le temps et la durée de l’exposition, chaque médiateur.trice.s ainsi que les différents publics.
De plus, ces deux protagonistes sont invités à travailler en circuit court avec un minimum de transports, sans production ni démarches administratives, contrats et toutes autres formalités qui alourdissent tant – et de plus en plus – les processus de mise en œuvre des expositions.

D’octobre 2019 à avril 2020, l’Ecole nationale supérieure d’art de la Villa Arson a poursuivi un programme collectif, expérimental et pédagogique qui associait recherche et pratique artistiques, en collaboration avec les structures d’enseignement et de recherche de UCA – Université Côte d’Azur : le CTEL – Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, l’Observatoire de la Côte d’Azur, l’ERACM – Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes & Marseille, en concertation avec le Pavillon Bosio – Arts & Scénographie, Ecole supérieure d’arts plastiques de Monaco.
Ces partages d’expériences, de « situation-création » et de pensées ont pris la forme de divers de workshops ouverts à tous les étudiant·es et cherch·eur·euses.

…………..
Le groupe de pilotage du programme Improvisation/Indétermination réunit Jérôme Mauche, Joan Ayrton, Ondine Bréaud-Holland, Alice Godfroy, Eric Mangion et Mathilde Roman
+ d’infos sur ce programme

…………..

A propos de Violaine Lochu
Le travail de Violaine Lochu est une exploration de la voix comme vecteur de rencontre et de métamorphose. Lors de longues périodes d’immersion dans des milieux spécifiques elle collecte différents matériaux sonores et visuels à partir desquels elle crée des performances, des installations sonores, des vidéos et des éditions.
Lauréate du prix Aware 2018 et du prix de la performance 2017 du Salon de la Jeune Création, nominée au prix Bernard Heidsieck – Centre Pompidou 2019, Violaine Lochu a performé entre autres au Centre Pompidou, au Palais de Tokyo, lors de Parade for FIAC 2017, au Jeu de Paume, au Centre d’Art Contemporain de Genève en Suisse, au Kunstverein de Munich en Allemagne, au théâtre le 4e art de Tunis… Son travail a été exposé lors de nombreuses expositions notamment au MAC Lyon, MAC VAL, Ferenczi museumi centrum en Hongrie, au Centre à Cotonou au Bénin, Galerie Gamu à Prague en République Tchèque, Justina M. Barnicke Gallery à Toronto au Canada…
violainelochu.fr

propos de João Fiadeiro
Né en 1965, João Fiadeiro appartient à la génération de chorégraphes qui a émergée à la fin des années 1980 et qui a donné naissance à la Nova Dança Portuguesa. En 1990, il fonde l’Atelier RE.AL, compagnie et centre d’art qui soutient la création et la diffusion de plusieurs chorégraphes et de leurs œuvres, présentées partout en Europe, aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Amérique du Sud. Ses pièces naviguent entre les disciplines (performance, danse et théâtre), les contextes (théâtres, galeries ou sites spécifiques) et les formats (chorégraphies, happening ou lectures-performances), dans une tentative de rester vigilant contre toute forme de normalisation, de stagnation ou de perte de discours critique. La Composition en Temps Réel est une recherche qu’il développe depuis vingt ans. Si au début il la concevait comme un outil pour soutenir ses propres pratiques créatives, elle a depuis été largement utilisée par des chercheurs en art et en sciences (dans des domaines aussi divers que l’anthropologie, les sciences des systèmes complexes ou l’économie) comme une plateforme théorico-pratique pour étudier la décision, la représentation et la collaboration. João Fiadeiro mène régulièrement des workshops dans diverses formations, écoles et universités dans le monde entier.
+ d’infos

  O que fazer daqui para trás (in situ)

 De la composition en temps réel (extrait)

…………..
Cette exposition reçoit le soutien de  Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France

…………..
Photo : Wokshop avec João Fiadeiro (détail), Villa Arson 2020. Photo Villa Arson