A partir du 14 février 2020

……………..
Réouverture & prolongation : du 3 juin au 20 septembre 2020
Du 14 février au 3 mai 2020
Galeries du Patio
Vernissage jeudi 13 février 2020 à 18h

SOL CALERO
“Ils ont insisté pour couvrir les fissures, mais les murs transpiraient toujours”
A partir de son héritage sud-Américain (Vénézuela), Sol Calero – née en 1982, elle vit et travaille à Berlin – construit des œuvres qui mêlent peinture et sculpture formant un syncrétisme issu de sa propre migration.
La singularité de son travail est aussi de s’immerger totalement dans les lieux, les architectures et contextes dans lesquels elle travaille. Ses peintures de fruits et végétaux exotiques, motifs de cadres peints sur la toile, sculptures et peintures murales, sont une façon de réfléchir aux regards que l’on porte sur le monde en fonction de ses origines. Ses installations prenant souvent l’aspect d’espaces domestiques, elle conçoit dans cette exposition une bibliothèque et trois banquettes qu’elle souhaite comme un lieu de vie, une « école » dans l’école.

Commissariat : Eric Mangion

Lire la suite

……………..
Réouverture & prolongation : du 3 juin au 20 septembre 2020
Du 14 février au 3 mai 2020
Galeries des Cyprès
Vernissage jeudi 13 février 2020 à 18h

ZORA MANN
Waganga 

La peinture de Zora Mann est faite de densité : multiples couleurs, formes répétées ou au contraire divergentes qui viennent se croiser ou se superposer dans des compositions souvent saturées de lignes ou de courbes. Si ses œuvres ne renvoient pas à l’abstraction géométrique ou lyrique elles font plutôt penser à des expérimentations psychédéliques par leur manière de faire cohabiter des mondes et des perceptions différentes. « Je peins de l’intérieur vers l’extérieur », dit-elle.
Ce mode de pensée et de production est également très proche de l’art brut, par son « intériorité » justement comme par son enchevêtrement de motifs. Ce qui est encore plus singulier dans son œuvre, c’est sa dimension tribale. Ses parents sont originaires d’Afrique de l’Est. Elle y a beaucoup séjourné et sa culture en est profondément marquée. Waganga signifie en Swahili (groupe de langues bantoue) « guérisseurs d’âme ».

Commissariat : Eric Mangion

Lire la suite

……………..
Réouverture & prolongation : du 3 juin au 20 septembre 2020
Du 14 février au 3 mai 2020
Galerie carrée
Vernissage jeudi 13 février 2020 à 18h

SHAILESH BR
The Last Brahmin / Le Dernier Brahmane
L’artiste indien Shailesh BR, né en 1986 en Inde du sud, se considère comme le dernier brahmane de sa famille. A travers cette exposition, il tente de démêler les diverses pratiques des castes en se référant à des connaissances et des coutumes anciennes.
L’espace d’exposition, les objets et leurs rituels sont disposés selon le plan d’une maison brahmane traditionnelle dont l’artiste prend possession en y étant présent tous les jours, comme s’il l’habitait. En invitant tout le monde à pénétrer dans son espace, Le Dernier Brahmane dénonce les discriminations induites par la hiérarchie des castes et ouvre la porte à la conversation. Il partage ses souvenirs personnels afin de créer de l’empathie tout en tissant les événements de sa vie en une narration visuelle.

Commissariat : Vitarka Samuh

Lire la suite

……………..
Réouverture & prolongation : du 3 juin au 20 septembre 2020
Du 14 février au 3 mai 2020
Passage des Fougères
Vernissage jeudi 13 février 2020 à 18h

KRISTOF EVERART
Entropie du territoire
Kristof Everart, né en 1966, est un artiste pluridisciplinaire qui vit et travaille à Nice.
« En tant qu’artiste, j’emprunte à la science et j’interroge les différents concepts d’occupation des territoires. J’expérimente et développe différents procédés numériques et plastiques ».
Son travail consiste à traduire différents courants d’énergies liés à la situation géographique d’un site ou d’un lieu, ainsi que les incidences humaines s’y référant.
En 2018 lors d’une résidence chez INRIA – Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Sophia Antipolis), organisée en partenariat avec Université Côte d’Azur, Kristof Everart a travaillé sur les flux de déplacements humains sur une zone entre Nice et Marseille. Des études et des expérimentations ont permis l’émergence d’un travail artistique retranscrivant ces impacts humains sous forme de dessins, de peintures, de sérigraphies et d’installations.

Lire la suite

……………..
Nouvelles dates
Du 17 octobre au 28 décembre 2020
Journées d’ouverture : samedi 17 et dimanche 18 octobre de 10h à 18h
Galeries du Patio et des Cyprès

SLAVS AND TATARS
Le travail du collectif d’artistes berlinois Slavs and Tatars, actif depuis 2006, se concentre sur la zone située entre l’ancien mur de Berlin et la Grande Muraille de Chine, autrement dit la grande région intercontinentale que l’on appelle la steppe eurasienne. Ce territoire est caractérisé par une fusion surprenante d’identités, de traditions et de signes les plus divers. Les migrations vers l’Europe en provenance de pays du Moyen-Orient déchirés par les guerres constituent aujourd’hui une toile de fond pour leurs travaux. Mais l’aspect le plus singulier de leurs œuvres repose sur les vastes contextes historiques et culturels ouverts par le chevauchement de l’Asie et de l’Europe sur ces territoires.
Créé par une Polonaise (Kasia) et un Iranien (Payam), ce collectif s’inspire largement de la tradition historique de l’hybridation culturelle. Ceci se traduit par l’assimilation sélective de mots, d’objets du quotidien, de comportements et de symboles, notamment pour ouvrir de nouvelles voies pour la production de discours et de connaissances contemporains, incluant la culture populaire, des traditions spirituelles et ésotériques, des histoires orales, des mythes modernes ainsi que la recherche savante.

Pour leur première exposition en France Slavs and Tatars propose une traversée de leur pratique artistique (avec des pièces des huit cycles de leur travail : du syncrétisme dans l’Islam d’Asie centrale à la littérature médiévale éclairée et au rôle des alphabets dans la construction d’empires), complétée par de nouvelles productions.

Cette exposition est labellisée « Parallèles du Sud » dans le cadre de la biennale Manifesta – Marseille 2020

Slavs and Tatars est un collectif d’artistes de renom international. Sa pratique repose sur trois activités : des expositions, publications et conférences-performées. Leur travail a fait l’objet d’expositions individuelles au MoMA, NY (2012) ; à Salt, Istanbul (2017) ; au Kunsthalle Zurich (2014) ; au Vienna Secession (2012) et au Ujazdowski Centre for Contemporary Art, Varsovie (2016), parmi d’autres. Leur travail a aussi été exposé dans de nombreuses expositions collectives, à la Tate Modern (2011), et lors de la 58ème Biennale de Venise, 10ème biennale de Sharjah, de la 8ème biennale de Berlin et de la 9ème biennale de Gwangju. Slavs and Tatars ont publié plus d’une dizaine de livres, y compris une traduction de l’hebdomadaire azéri satirique « Molla Nasreddin » (deuxième tirage chez I.B. Tauris) et dernièrement “Wripped Scripped” sur la politique des alphabets eurasiens (chez Hatje Cantz). Une première monographie, Mouth to Mouth, portant sur leur travail a été publiée par König Books.

slavsandtatars.com

instagram.com/slavsandtatars/

……………..
Nouvelles dates
Du 17 octobre au 28 décembre 2020
Journées d’ouverture : samedi 17 et dimanche 18 octobre de 10h à 18h
Galerie carrée

LÉGÈRE ET MOUVANTE
Improvisée / Indéterminée

Cette exposition est imaginée comme un projet collectif et évolutif qui sera aussi l’aboutissement et la formalisation d’une année de recherche et de création autour des pratiques d’improvisation.

Le groupe de travail qui a piloté l’ensemble du projet « Improvisation /  Indétermination » a invité Violaine Lochu (artiste visuelle et sonore française) et João Fiadeiro (danseur, chorégraphe et théoricien portugais), dans un rôle à la fois d’artistes et de commissaires. Il leur est demandé d’aller au bout de la logique de l’improvisation avec « légèreté » et « mouvance », c’est-à-dire de produire une exposition comme un « geste » non prémédité et planifié, progressivement indexée sur des rencontres, incluant l’environnement physique, l’espace, le temps et la durée de l’exposition, chaque médiateur.trice.s ainsi que les différents publics.
De plus, ces deux protagonistes sont invités à travailler en circuit court avec un minimum de transports, sans production ni démarches administratives, contrats et toutes autres formalités qui alourdissent tant – et de plus en plus – les processus de mise en œuvre des expositions.

D’octobre 2019 à avril 2020, l’Ecole supérieure d’art de la Villa Arson a poursuivi un programme collectif, expérimental et pédagogique qui associait recherche et pratique artistiques, en collaboration avec les structures d’enseignement et de recherche de UCA – Université Côte d’Azur : le CTEL – Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants, l’Observatoire de la Côte d’Azur, l’ERACM – Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes & Marseille, en concertation avec le Pavillon Bosio – Arts & Scénographie, Ecole supérieure d’arts plastiques de Monaco.
Ces partages d’expériences, de « situation-création » et de pensées ont pris la forme de divers de workshops ouverts à tous les étudiant·es et cherch·eur·euses.

Le groupe de pilotage du programme Improvisation/Indétermination réunit Jérôme Mauche, Joan Ayrton, Ondine Bréaud-Holland, Alice Godfroy, Eric Mangion et Mathilde Roman

……………..
Reportée de février à mai 2021
Galerie carrée & Galeries du Patio et des Cyprès
Productions/Exposition
des jeunes artistes de la promotion 2020
Titre et  informations à venir.