Du 10 mars au 27 mai 2018
Date de vernissage à venir

CON-NOTATIONS
Comment comprendre une réalité au travers d’une autre ?

Une proposition de Sophie Orlando et Katrin Ströbel,
en collaboration avec des artistes invités et des étudiant.e.s en art

Artiste autrichien vivant à Vienne, Nikolaus Gansterer explore l’acte de dessiner, qu’il voit comme une « instruction pour agir », une partition, un outil de communication, une performance… en lien avec le temps, l’espace, le mouvement, le son, l’environnement… et l’imagination.
Cette exposition est produite dans le cadre d’une résidence de l’artiste à la Villa Arson.

 

L’artiste Nikolaus Gansterer explore de quelle manière l’acte de dessiner peut devenir un outil de communication, une partition et une « instruction pour agir ». Ces dernières années Gansterer a développé des modes de notation inter- et trans-subjectifs à la limite du dessin, de l’écriture et de la performance. Ici, il s’intéresse à la manière dont le phénomène de la perception peut être capturé au moyen de catégories telles que le temps et l’espace, le mouvement et le son, ainsi que par le climat (le vent, la température…) et l’imagination.

Au cours de sa résidence à la Villa Arson, Nikolaus Gansterer développera une série de travaux explorant les processus de perception et de cognition. Dans sa pratique artistique l’in-scription et la trans-cription fusionnent avec du dessin et de l’écriture mettant en scène le déploiement de diagrammes incorporés. Dans ces diagrammes, le rôle de l’autre et de l’environnement immédiat en tant qu’écologie co-constitutive et champ de forces omniprésent sont tous deux au coeur de sa cartographie spatio-temporelle, dans laquelle des « pratiques de con-notation » sont exécutées et rendues tangibles. Par conséquent Gansterer collaborera avec un groupe d’invités pour explorer plus avant la notion de co-notation.

Nikolaus Gansterer s’intéresse profondément à ces processus fondamentaux de traduction du sens par l’humain à travers tous les sens. Il interroge la manière dont ces constructions de sens immanentes et situationnelles peuvent être développées en direction d’une autopoiesis radicale : comment un trait de pensée devient un trait sur un papier, se transforme en un trait dans l’espace ou un trait verbalisé, et ensuite de nouveau en trait articulé avec le corps entier, ou se transforme en un objet tel qu’une partition à exécuter avec d’autres.
Les objets délicats créés au cours de cette résidence de recherche donneront lieu à une documentation et seront accessibles au public sous diverses formes, en particulier lors de l’exposition dans la Galerie Carrée de la Villa Arson qui ouvrira le 10 mars 2018.

Nikolaus Gansterer en tant qu’artiste, performeur et chercheur s’intéresse particulièrement aux liens entre le dessin, la pensée, et l’action. Sa pratique est basée sur une approche trans-médiale étayée par des discours conceptuels dans le contexte performatif et de représentations cartographiques. Il présente son travail artistique et sa recherche lors de performances, d’expositions et de conférences internationales.
Gansterer a étudié la pratique de l’installation à l’Université des arts appliqués de Vienne et a terminé ses études à l’académie Jan van Eyck de Maastricht. Il est le cofondateur de l’Institut de recherche transacoustique. Il est actuellement professeur invité à l’Université des arts appliqués de Vienne.
Le vif intérêt porté par  Gansterer pour les caractères complexes des diagrammes a fait l’objet de deux publications : Drawing a HypothesisFigures of Thought (Dessiner une hypothèse – motifs de pensée) (2011 ; deuxième édition 2017) sur l’ontologie des formes de visualisation et le développement de la perspective diagrammatique, et Choreo-graphic Figures: Deviations from the Line (Figures choreo-graphiques : déviations de la ligne) (2017) qui explore de nouvelles formes de diagrammes incorporés en développant un système de notation interdisciplinaire entre la chorégraphie, le dessin et l’écriture.

www.gansterer.org

Informations pratiques 
Exposition du 10 mars au 27 mai 2018
Ouverte de 14h à 18h tous les jours, sauf le mardi.
Fermée le 1er mai 2018
ENTRÉE LIBRE

————–

CON-NOTATIONS
How to understand one reality through another?

A proposal by Sophie Orlando and Katrin Ströbel,
in collaboration with guest artists and art students

 

Nikolaus Gansterer, an Austrian artist who lives in Vienna, explores the act of drawing, which he sees as an « instruction for acting », a tool for communication, a performance… in relation with time, space, movement, sound, the environment… and the imagination.
The exhibition is produced in the context of the artist’s residence at the Villa Arson.

Nikolaus Gansterer is an artist based in Vienna who researches how the act of drawing can become a tool of communication, a score and an instruction for taking action. In the last few years Gansterer has developed inter- and trans-subjective forms of notation that range between the lines of drawing, writing and performance. Here, he is interested in how phenomena of perception could be captured by means of categories such as time and space, movement and sound, as well as climate (wind, temperature …) and imagination.

During his residency at Villa Arson, Nikolaus Gansterer plans to develop a series of works that explore the materialisation of perception and cognition. In his practice in-scription and trans-scription fuse with drawing and writing that stage the unfolding of embodied diagrams. These diagrams, both the role of the other and the surrounding environment as a co-constitutive ecology and omnipresent field of forces are core to his spatiotemporal mappings, in which « practices of con-notation » are performed and rendered tangible. Therefore, Gansterer will collaborate with a group of guests to further explore the notion of co-notation.

Nikolaus Gansterer is deeply interested in these fundamental translational processes of human sensemaking with all senses. He questions how these immanent and situative constructions of meaning could be expanded towards a radical autopoiesis: where a line of thought becomes a line on paper, turns into a line in space or a line verbalized, and then again a line articulated with the whole body or transforms into an object as a score for performing with others. The delicate artefacts created during the research residency will all be well documented and made accessible to the public in various formats, namely in the exhibition at Gallery Carrée of Villa Arson, which will open on the 10th of March, 2018.

Nikolaus Gansterer is an artist, performer and researcher deeply interested in the links between drawing, thinking, and action. His practice is grounded in a trans-medial approach underpinned by conceptual discourses in the context of performative visualisation and cartographic representations. He internationally presents his artistic work and research in performances, exhibitions and lectures.

Gansterer studied Transmedia Art at the University of Applied Arts in Vienna and completed his studies at the Jan van Eyck Academie in Maastricht. He is co-founder of the Institute for Transacoustic Research. Currently, he is Guest Professor at the University of Applied Arts Vienna.

Gansterer’s fascination with the complex character of diagrammatic figures has been presented in two books: Drawing a Hypothesis – Figures of Thought (2011; 2nd edition 2017) on the ontology of forms of visualisations and the development of the diagrammatic perspective, and Choreo-graphic Figures: Deviations from the Line (2017) that explores new forms of embodied diagrammatics by developing an inter-disciplinary notation system between choreography, drawing, and writing.

www.gansterer.org

Practical informations
From Marsh 10 to May 27 2018
Open every day except Tuesday from 2 PM to 6.
Closed on May 1st.
Free admission.


 

Visuels / Visuals :
Nikolaus Gansterer, Embodied Diagrams, 2015, performance
Nikolaus Gansterer, Psychoréographies, 2015, performance
Nikolaus Gansterer, Thinking Matters, 2013, video and performance lecture

Photo : Nikolaus Gansterer