15 février – 31 août 2015
Vernissage le samedi 14 février à 18h

  • Wim Delvoye, Bétonneuse, 1991. Berhard Rüdiger, diverses maquettes d'études 1997-2007
  • Arnaud Vasseux, Creux, 2011-13. Collection CIRVA, Marseille
  • Guillaume Guerou, Metatron Project MW64000, 2013-14
  • Dominique Blais, Entropê, 2014-15.
  • Loïc Pantaly, Panoeuptique, 2014
  • Delphine Reist, Étagères, 2007.
  • Bernhard Rüdiger, diverses maquettes d'études 1997-2007.
  • Wim Delvoye, Bétonneuse, 1991. Edward Light (1747-1832), Guitare-harpe, début XIXe s

Xavier Antin, Siah Armajani, Richard Artschwager, Stéphane Bérard, David Bielander, Chris Bierl, Dominique Blais, Clément Darnis-Gravelle, Richard Deacon & Bill Woodrow, Wim Delvoye, Liz Deschenes, Thea Djordjadze, Marcel Duchamp, Robert Filliou, Michel François, Fabien Giraud & Raphaël Siboni, Guillaume Gouérou, Gary Hill, Robert Hooke, Sofia Húlten, Sergey Jivetin, Florentine & Alexandre Lamarche-Ovize, Paul Le Bras, Sol LeWitt, Edward Light, Stephen Maas, Chris Marker, Jean-Luc Moulène, Panamarenko, Loïc Pantaly, Emilie Parendeau, Jean-Marie Perdrix, Julien Prévieux, André Raffray, Delphine Reist, Clément Rodzielski, Mika Rottenberg, Bernhard Rüdiger, Barbara Schrobenhauser, Nora Schultz, Simon Starling, Yoshihiro Suda, Thomas Thwaites, Jennifer Trask, Tarja Tuupanen, Catharina van Eetvelde, van Eetvelde Sautour, Manon van Kouswijk, Arnaud Vasseux

Ainsi que des œuvres et objets anonymes issus du Musée des arts et traditions populaires de Draguignan, du Musée Départemental de Grasse, du Musée des métiers d’antan de Tourrette-Levens, du Nouveau musée national de Monaco, du Musée muséum départemental des Hautes Alpes de Gap, du Musée d’archéologie site de Cimiez, du Palais Lascaris et du musée Palais Masséna de Nice.

* Liste des artistes encore susceptible de modifications.

A travers les œuvres de plus de quarante artistes, cette exposition entend raconter une histoire, celle des rencontres de l’art et de la technique dans l’art contemporain. Rencontres aussi nombreuses que diverses, tant les artistes, depuis les années soixante, ont multiplié le choix de leurs outils et de leurs matériaux, ont expérimenté de nouveaux procédés, ont détourné les techniques les plus éprouvées. Loin de réduire la technique à un simple moyen, de la concevoir juste comme une modification de la matière ou de se soumettre à l’histoire linéaire du progrès technique, les œuvres présentées proposent d’autres usages, d’autres conceptions et d’autres histoires des techniques qui font apparaître que la technique est aussi de la pensée en action.

Cette exposition est conçue dans le cadre de l’Unité de Recherche Bricologie de l’École nationale supérieure d’art, sur une proposition des artistes Burkard Blümlein et Sarah Tritz et de l’historien de l’art Thomas Golsenne, enseignants à la Villa Arson.

Télécharger le Carton d'invitation pour le Vernissage
Télécharger le communiqué Bricologie - La Souris et le perroquet

Télécharger le DOCUMENT DE VISITE (48 p A4 / 1,2 mo)

Informations in English
Press release Bricology The Mouse and the Parrot to download

 

ACTUALITÉS
SAMEDI 16 MAI
Dans le cadre de  la Nuit européenne des musées
Visites accompagnées « Eclairage » sur l’expo à 15h, 17h et 19h (Gratuit). Ouverture prolongée jusqu’à 21h. 

LES 27, 28 ET 29 MARS 2015
Dans le cadre des JOURNEES EUROPEENNES DES METIERS D’ART : journée d’étude « Bricologie, l’art et la technique », visites commentées et visites atelier-jeu pour les familles. Voir le programme

 

Bricologie. La souris et le perroquet

L’histoire des rapports entre l’art et la technique est longue et malheureuse, dans la culture occidentale. À mesure que s’affirme la dimension intellectuelle, spirituelle de la création artistique, sa part manuelle, artisanale, s’en trouve dévalorisée. En même temps que se met en place dans la société la figure de l’artiste, avec son génie et sa vie de bohême, apparaît aussi, comme son image amoindrie, celle de l’artisan, avec ses outils et son carnet de commandes. De ce point de vue, l’art moderne et l’art contemporain semblent n’avoir introduit aucune rupture avec l’art ancien, mais élargir même le fossé qui sépare l’art de la technique, l’artiste de l’artisan, comme le montrerait le succès des procédés aussi simples que le collage cubiste, des figures comme celle de Marcel Duchamp avec ses fameux ready made ou des mouvements comme l’art conceptuel.

L’hypothèse sur laquelle s’appuie cette exposition est une autre façon de raconter cette histoire. Le titre, La souris et le perroquet, qui pourrait être celui d’une fable, est à double entente, puisqu’il désigne aussi deux outils (la souris d’ordinateur et le gabarit de dessinateur). Dans cette fable, ce nouveau récit, l’art moderne et surtout l’art contemporain ont au contraire multiplié les occasions de rencontre avec la technique. La grande diversification des supports et des médias que les artistes utilisent depuis le cubisme et surtout depuis les années 1950 montre que ceux-ci ont peut-être abandonné (pas tous) les techniques traditionnelles de la peinture et de la sculpture, mais qu’ils ont ouvert leur intérêt à d’autres savoir-faire, quand bien même ils ne les maîtriseraient pas et doivent faire appel à des spécialistes. Certains artistes se passionnent pour les nouvelles technologies ; d’autres revendiquent des pratiques « low tech », parfois même traditionnelles et artisanales.

L’attitude des artistes face à la question technique n’est plus (si elle l’a jamais été) de simple rejet ou de mépris, mais plutôt de curiosité. Jamais autant qu’aujourd’hui les artistes n’ont puisé leur inspiration dans tous les secteurs de production de la société urbaine.

Et ce n’est pas étonnant : il existe depuis quelques années un mouvement général non pas tellement de domination de l’existence quotidienne par la technique, mais d’appropriation, par les individus, des savoir-faire, que cela soit à travers le triomphe du bricolage (qu’on voit à travers les innombrables tutoriels sur internet ou le succès des makers fares de par le monde), l’émergence des FabLabs ou la médiatisation récente de l’imprimante 3D. Par ailleurs, les pratiques artisanales se sont elles-mêmes enrichies et sont apparus les « artisans d’art » dans de nombreux domaines (bijouterie, verre, céramique…) qui commencent à être reconnus comme de véritables artistes.

L’exposition La souris et le perroquet veut mettre en avant des œuvres, des objets et des artistes qui jouent avec les techniques : qui les inventent, qui les détournent, qui les exhibent, qui les cachent. Elle veut offrir un panorama culturel de la prolifération des attitudes techniciennes dans la société contemporaines et servir de plateau où se rencontrent des artistes, des artisans d’art, des inventeurs anonymes, des ingénieurs, des designers. Mais où, également, le spectateur puisse voir des objets issus d’autres époques ou d’autres cultures, parce qu’une technique est souvent le fruit d’une sédimentation historique ; parce que c’est l’anthropologue des techniques qui nous fait comprendre que dans un geste technique, il y a de la pensée, il y a de la culture.

La scénographie de l’exposition met à profit l’espace labyrinthique du centre d’art de la Villa Arson en dessinant un parcours non linéaire, à plusieurs entrées. C’est que Dédale, le premier ingénieur, inventeur des automates et d’autres bricolages merveilleux, est le lointain ancêtre des artistes bricologues. C’est qu’il faut emprunter des voies détournées pour suivre les chemins de la technique.

Cette exposition est un projet de l’Unité de Recherche Bricologie à la Villa Arson, qui reçoit le soutien du ministère de la Culture et de la Communication pour quatre ans (2013-2016).
D’autres projets sont en cours de réalisation comme le numéro Essais de bricologie de la revue d’anthropologie Techniques & Culture (parution prévue en 2015), ou encore un projet du réseau ECART sur la céramique contemporaine.

Remerciements : Carré d’art – Musée d’art contemporain (Nîmes), Centre national des arts plastiques, Cirva (Marseille),Collection Antoine de Galbert (Paris), Estate Sol LeWitt, Frac Languedoc-Roussillon, Frac Lorraine, Galerie Chantal Crousel (Paris), Galerie Crèvecoeur (Paris), Galerie Jousse entreprise (Paris), Gallery Loupe (Montclair – USA), Galerie Greta Meert (Bruxelles), Galerie In situ Fabienne Leclerc (Paris), Galerie Loevenbruck (Paris), Galerie Luis Adelantado (Valence), Galerie Campoli Presti (Paris), IAC (Villeurbanne), Galerie Eva Meyer (Paris), Muséum National d’Histoire Naturelle (Paris), Musée archéologique sites de Cimiez et Terra-Amata (Nice), Palais Lascaris et Palais Masséna (Nice), Musée des arts & traditions populaires (Communauté d’agglomération Dracénoise), Musée d’art et d’histoire de Provence – Villa Musée Fragonard (Grasse), Musée Muséum départemental des Hautes Alpes (Gap), Musée national d’art moderne (Paris), Musée des métiers traditionnels (Tourrette-Levens), Nouveau Musée National de Monaco, ainsi que Laurent Godin, Arnaud Lambert, André Leroi-Gourhan, Benjamin Lignel, Arnaud Maillet, Roselyne et Patrick Michaud et Cyril Verde.

 

Parallèlement, une seconde exposition Jippie Jaa Jaa Jippie Jippie Jaay !organisée avec une douzaine de jeunes artistes issus de la Haute École des Arts de l’Image de Braunschweig, témoigne de l’identité et la richesse de leur culture technique.